Oui, Etienne Chouard est bien un fasciste!

 Il n’était pas difficile de démontrer qu’Etienne Chouard est un nationaliste de droite défendant une société “inégalitaire à très inégalitaire”.

Toute l’arnaque de son système réside dans le fait qu’il n’entend en fait pas mettre fin au système électif (il entrevoit un système bicaméral avec une chambre d’élus dite “chambre des partis” et une chambre de tirés au sort encadrées par des “experts” et donc pas à l’abri de l’influence de groupes d’intérêts), et que son tirage au sort ne portera pas sur l’ensemble du corps électoral.

On voit assez bien les problèmes que pose ce système, puisque les gens bénéficiant du moins de ressources économiques, sociales ou culturelles seraient d’emblée exclus du tirage au sort, ayant très peu de chance d’être suffisamment désignés. Il en serait de même sans doute d’une large part des individus habituellement victimes de discriminations : personnes victimes de racisme, femmes, homosexuels, handicapés… L’objectif est très conservateur, et l’argument très similaire à celui de ceux qui défendaient au 19e siècle le suffrage censitaire : il s’agit d’éviter l’irruption dans l’assemblée des “passions populaires” et le “règne des incompétents”.

L’objectif est bien en fait de constituer une assemblée homogène socialement, un peu comme celle qui se réunit à Nuit Debout, et qui ne risque donc pas de remettre en cause l’ordre capitaliste puisqu’elle ne risquera pas de prendre des décisions allant dans le sens inverse de ses intérêts de sous-classe dominante. Cette assemblée sera une assemblée de profs, de notables, de commerçants et de petits patrons, dont seront largement exclues les classes laborieuses qui pourtant représentent la majorité de la population. Chouard estime ainsi que sur un corps électoral de 40 millions de personnes, 1 ou 2 millions au maximum seraient susceptibles de participer au tirage au sort après écrémage.

L’idéal de société chouardien est profondément inégalitaire : “On a besoin d’inégalités pour que les gens aient des moteurs pour se donner du mal, et même peut-être de fortes inégalités”, affirme-t-il devant un Blot ravi. “Je suis d’accord sur l’idée d’admettre des inégalités peut-être même importantes, parce que si quelqu’un est très très utile et se donne bcp de mal, ok”, répète-t-il. Question : que compte faire Chouard des gens qui seront jugés “inutiles” dans sa société idéale ?

Il était assez évident de démontrer qu’Etienne Chouard est un confusionniste qui semble posséder un goût certain pour déformer la réalité.

Jusqu’à présent, nous avions usage de qualifier Etienne Chouard de crytofasciste, un fasciste qui se cache et qui ne dit pas clairement qu’il est un fasciste.

Etrangement, ce n’est pas sur son blog poubelle que la confirmation se fera mais à l’antenne de la radio d’extrême droite Sud Radio en compagnie du nationaliste de droite mégalomane Juan Branco et du factieux Maxime Nicolle.

 

 

En effet, les extraits que nous allons vous faire passer ici nous permettent désormais, sans conteste, d’affirmer qu’Etienne Chouard est un fasciste. Un vrai de vrai. Assumé.

Ecoutons plutôt:

Chouard : “Si on a un vrai RIC, on pourra sortir des deux prisons, la prison nationale et la prison internationale”.

On ne sait vraiment comment interpréter cette première intervention car il semble tout à fait étonnant qu’un nationaliste de droite entende sortir de la prison nationale. Quel cadre national peut priver Chouard de l’expression pleine de son nationalisme en portant un projet parfaitement réactionnaire qui est le RIC? Est-ce le régime démocratique? Républicain?

“A un million on n’est pas assez pour renverser un régime”

Il semble donc clair désormais, qu’Etienne Chouard entend abattre le système démocratique sans jamais emmener quelque critique conséquente du capitalisme. Sortir de la démocratie sans révolution anticapitaliste porte un nom: une contre-révolution.

“Une révolution se passe quand l’armée passe du côté du peuple” Et cite alors, il faut se pincer pour y croire, l’exemple égyptien!!! La perspective de “révolution” d’Etienne Chouard passe donc par un putsch militaire, ce qui est clairement un projet fasciste quand on le met en relation avec le caractère ultra-réactionnaire des GJ.

Avant d’ajouter:

“A mon avis, c’est ce vers quoi il faut aller avec les GJ”

Il prône alors le porte-à-porte pour recruter pour les GJ plutôt que de bloquer, ce qui selon lui “rend très impopulaire” Quel triste pitre!

Avant de préciser une fois de plus sa pensée:

“Ce qui va faire la victoire, c’est qu’on va tous devenir GJ, en tout cas assez nombreux pour que les CRS et les militaires lèvent les casques, lèvent les crosses.”

N’en jetez plus. Etienne Chouard semble avoir été dopé par ce mouvement furieusement réactionnaire et avoir mis de côté toutes ses fables et son puits sans fond constitutionnel. Avec ces déclarations, il montre ainsi son vrai visage politique. Celui d’un fasciste de bas étage appelant à renverser le régime démocratique et la République en prenant appuis sur un mouvement d’extrême droite, sur la police et sur l’armée.

Oui, sans l’ombre d’un doute, Etienne Chouard est un fasciste.