Raël, du saturnisme au dieudonnisme

Claude Vorilhon, dit Raël,  est le fondateur et chef du mouvement raëllien, objet de nombreuses controverses et classé en France comme secte par le rapport parlementaire de 1995.

L‘occasion pour nous de reproduire ici un article peu connu qui permet de se faire une idée plus précise sur le personnage. L’article sera illustré de ses rencontres avec l’humoriste fasciste Dieudonné qui sera fait “guide honoraire” de la secte de Raël. Il faut croire que quand il s’agit d’enfumer les gogos en leur soutirant un maximum d’argent, les grands esprits se rencontrent…

Un canular pour tous, mais pas pour Claude Vorilhon

Le progrès de Lyon, 16/01/2003, J-Jacques Arène

Raël, le faux mage d’Auvergne.

L’abus d’alcool peut décidément s’avérer très dangereux. La preuve en est apportée par les amis de trente ans de Claude Vorilhon, alias Raël. Eux, qui se souviennent d’une soirée très arrosée en 1973 à Clermont-Ferrand, où l’histoire des soucoupes volantes dans les volcans est née. Un canular pour tous, sauf pour un. «Pour nous il s’agissait de rire, pas pour Claude. Dès que la mayonnaise a pris, il a quitté Clermont-Ferrand, et les gens qui savaient». Des gens qui, à l’heure de l’annonce de prétendus clones, parlent enfin de celui qui ne sera jamais prophète en son pays.

Raël et Dieudonné

 

Raël est né au fond d’une bouteille.

Alors que les pseudo clones raéliens font l’actualité, certains se
souviennent d’une soirée bien arrosée voici 30 ans à Clermont-Ferrand, au cours de laquelle l’histoire des soucoupes volantes est née. Un canular pour tous, mais pas pour Claude Vorilhon.


“Les extra-terrestres, on les a inventés un soir de 1973 lors d’un repas bien arrosé dans un restaurant proche de la place Gaillard, dans le centre ville de Clermont-Ferrand.
Nous étions trois, et Claude Vorilhon était très impressionné quand Franck Mességué lui racontait comment son père avait fait fortune. Il l’était d’autant plus que son journal, Autopop, était à l’agonie”.


Trente ans plus tard, Claude Vorilhon-Raël surfe sur l’ensemble des médias planétaires avec l’annonce aguichante d’un clonage humain réussi.
Le battage est choquant, le procédé grossier, et les langues auvergnates se délient.

Ainsi ce chef d’entreprise, noctambule de longue date. Dans les années 70, sa passion pour les autos sportives l’amène à fréquenter Claude Vorilhon, journaliste auto, jamais pressé de rentrer chez lui le soir.


“A cette époque, j’avais vingt ans. On était une bande d’une cinquantaine à sortir, à Clermont-Ferrand. On se côtoyait dans les mêmes bistrots, les mêmes boites branchées du moment. Le soir d’un repas bien arrosé, nous avons passé la nuit à délirer sur un canular que nous pourrions lancer.
L’idée des extra-terrestres est venu de Franck.
L’endroit tranquille près du Puy de Dôme, je l’ai suggéré, entre le Puy de la Vache et celui de Lassolas, me souvenant de mes sorties en moto”.

” Qu’est-ce qu’on a pu rigoler”

” Pour nous, il s’agissait de rire. Pas pour Claude. Le lendemain il s’est rendu à la rédaction de La Montagne, pour raconter “son” histoire. Il s’est fait éconduire. Dès que la mayonnaise a pris, il a quitté Clermont-Ferrand, et les gens qui savaient. Je me souviens qu’il était
fasciné par le succès de Maurice Mességué, qui a fait fortune avec les plantes. Son fils avait expliqué, disséqué la méthode de son père, et Vorilhon n’en perdait pas une miette “.

Maurice Mességué, le gourou de la santé par les plantes, aux attaches auvergnates, est aujourd’hui passé de mode. Mais au début des années 70, le moindre de ses ouvrages (” C’est la nature qui a raison “, “Mon herbier de santé-beauté “, ” Guérir naturellement “..) frôle le million d’exemplaires. Cet autodidacte avisé a également su faire prospérer des boutiques (l’une, aujourd’hui disparue, était tenue par Franck dans une grande artère commerciale de Clermont-Ferrand), ainsi qu’une gamme de produits herboristes, des cures de santé en France et en Suisse.

“Il doit avoir de gros problèmes psy “


“Je suis sur le cul, poursuit le PDG clermontois, de voir l’importance actuelle du mouvement raélien, présent un peu partout. Claude Vorilhon doit avoir de gros problèmes psychologiques au fond de sa tête, parce qu’il sait ce qu’il est. Il connaît la réalité de ses fantasmes. Vous savez qu’il avait fait un disque à la fin des années soixante, avec une chanson, “Patricia”, entrée dans le hit parade ?
Il chantait sous le nom de Claude Celler.
En fait, il parlait sur une musique doucereuse, mais ça plaisait. Son pseudonyme de Celler, il l’utilisait aussi pour une rubrique dans Autopop, mais pas avec le même prénom : c’était Jacques, comme Jacques Celler !
Voyez-vous, j’aimerais bien le revoir à nouveau, et refaire notre bouffe à trois avec Mességué “.

Raël a pris son essor à la suite d”une émission TV de Jacques Chancel, puis a multiplié les conférences en France et au Canada, et a multiplié les adeptes. Ils seraient plus de cinquante mille de par le monde. Mais pas un seul à Clermont-Ferrand.
Hier après-midi, deux raéliens lyonnais distribuaient des affiches (imprimées à Caluire) dans les commerces du centre clermontois. Elles annoncent une conférence sur le clonage humain prochainement dans un hôtel clermontois. Un retour en terre sainte en quelque sorte, pour tenter de récolter les effets du battage médiatique. Le faux mage d’Auvergne n’a jamais été prophète en son pays.


– “Personne dans la famille n’est raélien”

Avant d’être “élu” par les extra-terrestres, Claude Vorilhon, né à Vichy, a passé son enfance à Ambert, dans le Livradois-Forez. Thérèse, sa tanteâgée de 87 ans, s’est souvent occupée de lui. “Mon Claudie, c’est mon poussin, c’est Raël“. Volontiers loquace, elle se souvient d’un enfant rêveur, très doux, qui comprenait vite à l’école, mais n’en aimait pas les contraintes. (…) Son histoire, je n’y crois pas, vous savez, il a fait ça pour lancer ses livres. Certains font pire pour leur publicité. J’ai lu ses livres, il y en a de très beaux. Je peux vous dire que personne dans la famille n’est raélien, mais nous l’aimons tous.  A Ambert aussi, personne n’y croit aux extra-terrestres.
Il est venu me voir régulièrement, mais c’est loin le Canada. La dernière fois, cela remonte je crois à 1999. Quand il est là, nous parlons de la famille, de son travail. Mon Claudie voulait m’emmener au Canada, mais à mon âge, c’est trop tard un tel voyage.

En conclusion, cette image qui ne laisse planer que peu de doute sur l’adhésion de Raël à la gestuelle antisémite, homophobe et fascisante de Dieudonné. Sans doute l’occasion de démontrer qu’au sein de tout cet univers de mise sous domination des plus crédules par les croyances, la protection de la société marchande, son parasitage, le nationalisme, le patriarcat et tous les privilèges liés, passent par la désignation obsessionnelle de boucs-émissaires historiques que sont les Juifs, tout ça au bout de protéger leur fortune personnelle.

Une réflexion sur « Raël, du saturnisme au dieudonnisme »

  1. Il y a quelques années, Nathalie Gettliffe, Maître de conférence à l’université de Strasbourg, condamné à 16 mois de prison ferme pour enlèvement d’enfants au Canada était raëlienne comme Dieudonné. Elle a persuadé son fils aîné Maximilian Grant de rejoindre Raël, à une époque où elle se disait persécutée par d’autres extra-terrestres

Les commentaires sont fermés.