Boycott BDS, le degré zéro de la subversion

 Après que deux tonnes de mandarines provenant d’Israël aient été données à l’antenne des Restos du cœur de Vénissieux, le Collectif 69 de soutien au peuple Palestinien, visiblement très chagriné, déclare:

« Nous dénonçons ces manœuvres lamentables et écœurantes. Ces agissements ne peuvent qu’encourager la campagne BDS à poursuivre son chemin sur le chemin de la liberté pour le peuple palestinien. »

On peut expliquer pourquoi le boycott n’a rien à voir avec une méthode de lutte des exploités, mais est purement et simplement un moyen de la lutte entre bourgeois dans laquelle les exploités n’ont rien à gagner.

1) ! Les « théoriciens » du BDS nous parlent régulièrement de l’exemple de l’Afrique du Sud, alors que le boycott des produits de ce pays n’a joué AUCUN RÔLE dans la transformation démocratique de l’État sud-africain. Ajoutons que la situation économique des townships n’a pas varié d’un iota depuis la fin du boycott ! On peut aussi dire que la production de biens de consommation courante n’étant pas la spécialité de l’économie israélienne, un boycott à cette échelle est totalement ridicule : Israël exporte essentiellement des produits semi-finis chimiques et des machines, sans parler des armes, et ce ne sont pas les consommateurs lambda qui achètent ça !

2) Il faudrait d’abord expliquer en quoi on peut lutter par la concurrence contre un acteur du capitalisme, alors que ce système s’en nourrit complètement En conséquence, on ne lutte aucunement contre le capitalisme en favorisant la concurrence en son sein ! CQFD !

3) Le boycott touchant exclusivement les prolétaires du pays concerné, l’idée qu’il y a derrière est que les exploités doivent payer pour la politique de leur gouvernement. C’est une idée centrale de la démocratie bourgeoise, qui efface totalement que les classes sont antagoniques et cherche à nous faire croire que les élections sont réellement un moyen d’expression des exploités, qui élisent donc des gouvernants qui leur ressemblent. C’est un mensonge patent : les élections ne sont que le masque de la dictature du Capital, jamais les électeurs – à part les bourgeois ! – n’ont eu leur mot à dire sur le choix des candidats et sur le fait qu’ils sont tous d’accord sur la défense des intérêts de l’État capitaliste. Donc le boycott est une arme de bourgeois dont le but est de sanctionner les prolétaires d’un pays parce qu’ils auraient élu de mauvais dirigeants ! On voit d’ici la réalité de la chose quand on sait que par exemple en France l’abstentionnisme ne cesse de grimper, et qu’il s’agit là en fait d’un pur et simple appel à aller voter ! Mais pour les « bons » dirigeants…

4) Au dernières nouvelles, les défenseurs du BDS n’ont jamais eu un intérêt comparable à celui que suscite pour eux Israël envers des États dont la politique est identique ! Par exemple la Chine avec les Ouïgours ou les Tibétains, l’Inde avec le Cachemire, tous les États plus ou moins théologiques avec leurs minorités religieuses et ethniques, et même… la Palestine avec les minorités plus ou moins visibles, homos, athées, etc. TOUS LES ÉTATS SONT RACISTES ET XÉNOPHOBES, et nous focaliser sur Israël qui serait particulier dans ce cas-là est un mensonge et rien d’autre !

e BDS Béziers en train de “tirer des quenelles” de l’humoriste fasciste Dieudonné.

Au final, ça fait beaucoup de raisons de constater que « le boycott, c’est le degré zéro de la subversion ».

De notre côté, nous continuerons à consommer des avocats produits en Israël, n’en déplaise au BDS.