Free parties : repères de conspis ?

Il s’agit de la reprise d’un article paru en 2015 sur les Morbacks Véners, reprise qui a pour but de réveiller le milieu en rappelant quelques petits principes élémentaires tout en sauvant de la disparition cette contribution après que la plateforme sur laquelle il était hébergé ait cessé d’émettre.  Certains des individus ou crews cités ici ont politiquement évolué depuis la parution de ce dossier. L’important est bien d’avantage ce que l’on est que ce que l’on a été. 

 

La tendance conspirationniste trouve-t-elle un terrain d’expression en teuf ?

 

Ce n’est pas nouveau : en ces temps de crise approfondie du capitalisme et de pertes de repères idéologiques, le conspirationnisme et ses théoriciens trouvent des conditions idéales pour s’exprimer et développer leur influence. Là où le bât blesse, c’est quand complotisme et extrême droite pénètrent un milieu alternatif qui se veut libertaire et se réclame de l’autogestion, tout comme lorsque ces mêmes poisons mortels se diffusent dans le mouvement ouvrier et émancipateur.

quelques dérapages

On avait déjà vu, occasionnellement, l’utilisation du drapeau français, repris sur des flyers ou même son agitation en teuf, sans considération de ce qu’il représente depuis toujours (couleurs issues de la royauté et de l’ancien régime ; oppression ; esclavagisme ; colonialisme ; impérialisme). Attribut du nationalisme en France, le drapeau français représente aussi les frontières et leurs conséquences : isolation des populations selon nationalités ou origines, strictes limitations de la libre circulation des personnes etc. Comme La Marseillaise, c’est donc un symbole à bannir.  

Si cela n’excuse rien, espérons que ce fut plus le fruit de maladresses, de méconnaissance historique ou du manque de repères idéologiques et de culture politique.

On a pu aussi déjà constater de sérieuses dérives lorsqu’il s’agissait de vouloir interdire l’accès aux Teknivals aux vendeurs de babs. Interdire la vente d’un type de sandwich au sein d’un événement qui s’inscrit dans un mouvement d’aspiration libertaire, et dans des espaces où beaucoup s’adonnent à tous types de commerces, c’est déjà douteux, mais pourquoi s’en prendre spécifiquement aux kébabs ? Sur Facebook, entre autres, ce fut alors l’occasion pour que s’expriment les préjugés les plus racistes et réactionnaires, à travers une pluie de dérapages provenant souvent de teufeurs eux-mêmes.

Enfin, depuis longtemps déjà, il y avait cette stigmatisation des « wesh-wesh », une expression malheureusement répandue parmi certaines franges de la communauté des teufeurs. L’expression « wesh-wesh » permet de désigner et stigamatiser une partie de la jeunesse des classes populaires issue des quartiers. C’est une manière assez hypocrite d’exprimer son racisme, disons-le tout net.

De telles dérives avaient ouvert le mouvement tekno alternatif – libertaire et donc profondément anti-raciste, anti-fasciste et anti-capitaliste à l’origine – à des sympathisants et militants d’extrême droite qui pensaient pouvoir y trouver un espace d’expression et diffuser ainsi leur idéologie moisie. Si tant est qu’il n’est plus rare aujourd’hui de voir des organisateurs croire bon – à juste titre – de préciser sur leurs flyers « no facho » ou « no nazi » pour signifier que la présence de l’extrême droite est radicalement rejetée.

ouverture au conspirationnisme

Aujourd’hui, ce sont les théories conspirationnistes qui trouvent un terrain d’expression en teuf.

Ces théories bancales sont quasi-systématiquement émises par des cercles groupusculaires d’extrême droite qui s’en servent pour semer la confusion sur le terrain des idées, et les utilisent comme de véritables passerelles pour attirer à eux et élargir ainsi leur auditoire. Comme superstitions et religions, le conspirationnisme, conception policière de l’Histoire, est une véritable entrave à toute révolte et à toute émancipation : derrière chaque grand évènement historique se cacherait donc un groupe occulte fantasmé (au choix : Nouvel ordre mondial, grand complot juif, illuminati ou reptiliens pour les théories les plus farfelues) ultra-puissant et inatteignable. En conséquence, devant ces adversaires fantasmés, dans leur nature, leur force et leur réalité, toute lutte devient vaine (références 1, 2 et 3). Malheureusement, ces thèses complotistes trouvent de plus en plus d’écho dans une partie de l’extrême gauche et de la gauche radicale, ouvrant la voie à un confusionnisme qui au bout du compte permet aux idées les plus réactionnaires de s’exprimer et de se diffuser grâce au puissant vecteur de « l’anti-système » : racisme, xénophobie, islamophobie, antisémitisme, homophobie, LGBT-phobie, sexisme, machisme etc.

Désormais ce sont donc carrément des membres ou des « artistes » de collectifs qui propagent les théories conspirationnistes et en arrivent donc logiquement à relayer des sites d’extrême droite sur les réseaux sociaux ou les forums.

Ainsi, sous le nom Neurolitik Distorsion, un des membres du sound system éponyme (du collectif Cercle underground) colporte les théories les plus délirantes par le biais de sa page facebook. Un large éventail des préoccupations de l’extrême droite y est balayé quand les liens ne proviennent pas directement de sites de l’extrême droite conspirationniste. Chemtrails, complot juif, et autres thèses abracadabrantesques, tout y passe ou presque. Pour ce faire, notre ami amateur de « quenelle » – il a fait allégeance à l’antisémite, complotiste et homophobe Dieudonné semble-t-il – n’hésite pas à linker la fine fleur de la complosphère. La « quenelle », qu’il a  un temps adoptée en photo de profil, est peut-être une manière de signifier son « anti-système » (sur « quenelle » et « anti-système » voir références 4 et 5). A vrai dire, ce geste est tellement « anti-système », que même flics et militaires s’en emparent. Le jour où police et gendarmerie saisissent les sons, sûrement ont-ils la sensation de faire une « belle quenelle » aux teufeurs et aux sound systems.

Neurolitik Distorsion et son Cercle underground partagent des teufs et nouent des liens avec d’autres « artistes » sympathisants de la « dissidence » comme Tiust (Nicolas Mattiuzzi sur facebook) ou Mathieu Grc .

Malheureusement, Neurolitik Distorsion et son entourage ne semblent pas être des brebis égarées. D’autres « artistes » relayent le même genre de théories fumeuses. Conspirationnisme, « dissidence », extrême droite, illuminati, NWO, on retrouve peu ou prou les mêmes centres d’intérêts chez Kriss Overlake (sa page facebook et son mur officiel « d’artiste »).

Quant au compte facebook Agenda Teuf Free Party, qui se veut traiter de l’actualité de la teuf, il appelait carrément à participer à la manifestation « Jour de colère », organisée par l’extrême droite, et où s’y retrouvaient les tendances les plus dures, sans que cela ne choque personne [voir annexe 6].

S’il est un exemple inquiétant, c’est bien celui de Falcom ou 6tek (que l’on retrouve derrière le compte Ced GlobalChange sur facebook) . S’il semble qu’il ose encore se déclarer anarchiste (ne riez pas), cet ancien membre du sound system Systematek est derrière le blog Activeast (recensé ici) qui diffuse un fatras de thèses et de théories conspirationnistes, confusionnistes, antisémites, tout en relayant des médias d’extrême droite, et en affichant sa proximité idéologique avec les xénophobes Dieudonné, Soral ou la « dissidence ». A noter qu’il met son camion et sa sonorisation (sous le nom 1surek’son)  à disposition lors de manifestation de conspirationnistes d’extrême droite. Ce cas est symptomatique du glissement vers l’extrême droite qui s’opère à partir d’une dérive conspirationniste [voir annexe 7].

épiphénomène ou véritable cancer du mouvement ?

Bien qu’il soit difficile de mesurer ampleur et profondeur de ce phénomène dans le mouvement de la tekno underground, et donc de déterminer s’il est marginal, une attention particulière devra dorénavant lui être portée.

Relayer les théories des conspirationnistes et des mouvances proches de l’extrême droite, c’est se montrer complice de ces gens, leur ouvrir la voie, banaliser leur discours et permettre à leurs idéologies autoritaires de se répandre.  Ce sont des ennemis de la liberté, de nos libertés, à commencer par la liberté d’organiser des teufs, de se réunir et de danser. Nécessairement donc, ceux qui défendent le droit de nos ennemis à propager leur haine sont dans leur camp, volontairement ou pas. On ne doit pas parler avec tout le monde. Les idées des ennemis du mouvement tekno ne doivent pas pouvoir s’exprimer au sein même de ce mouvement. Qu’ils s’appellent Le Pen, Soral, Dieudonné, Meyssan, si ces types d’ennemis, d’aspiration autoritaire, arrivaient au pouvoir, ils réprimeraient encore plus durement le mouvement alternatif de la tekno et les free parties, cela ne fait absolument aucun doute. Leur liberté d’expression est donc l’ennemie de notre liberté. Elle ne doit pas avoir droit de cité en teuf. Il faut leur faire barrage coûte que coûte.

barrage aux fachos et aux conspis !

S’il est impossible et évidemment pas souhaitable d’avoir un contrôle sur tous les participants à chaque événement, faisant que l’on trouvera toujours des paumés adhérant à des théories fumeuses, la présence d’une prévention et d’associations antifas devient indispensable pour faire barrage à ces idéologies mortifères pour les mouvements alternatifs afin que fascisme et complotisme ne puissent s’exprimer dans les espaces festifs. Cette présence doit se faire tant sur le plan virtuel (réseaux sociaux, forums etc.) que sur le terrain . Les organisateurs doivent prendre l’initiative de cette prévention ou favoriser la présence des militants antifas / anticonspis pour l’assurer.

A l’instar de Simon des SP23 aka Crystal Distortion (statut posté sur son mur facebook le 9 janvier 2015), historique de la tekno underground et liver dans les Spiral Tribe puis dans Sound Conspiracy, les membres influents de la scène alternative de la tekno se doivent de dénoncer ces dérives et d’y faire barrage par tous les moyens. Ils doivent aussi se désolidariser formellement des collectifs et artistes relayant théories du complot et d’extrême droite, sous peine d’entretenir un confusionnisme mortel pour le mouvement. Plus généralement, il faut également que tout artiste ou sound system diffusant les théories conspirationnistes ou montrant des affinités avec l’extrême droite soit boycotté, que ce soit par les autres sound systems ou par les teufeurs quitte à parfois se priver d’une teuf le week-end.

NO FACHO ! NO CONSPI ! POUR LA TEUF LIBRE !

Références :

  1. C.Q.F.D. de décembre 2014 : Complot partout, révolution nulle part !
  2. Dossier sur le conspirationnisme d’AL
  3. Aux sources de la conspiration sur Luftmenschen