C’était une belle personne, Max

Ce texte, publié initialement le 16 juillet 2019 sur un réseau marchand, se devait de figurer sur notre site. Merci encore à tous les participants et aux organisateurs.

 

C’est tout près de la planète Mars que la petite colonie humaine et bigarrée s’en est allée souhaiter une dernière fois bon vent à Max, peut-être une intensité et une gravité qui aura échappé à ceux qui attendaient plus de légèreté, de festivité pure et d’évasion mentale dans la nuit du samedi et qui arrivèrent le dimanche en fin de matinée.

Les immenses chapeaux flottant dans ce ciel rougeâtre vibraient au son d’un souffle sec et chaud, les immenses ventilateurs étaient en panne mais l’énergie vitale coulait à flot. Quelle claque incroyable. L’orga fut au top pour que tout se passe bien même si il y a toujours des impondérables regrettables, liés à des gens qui tiennent absolument à briser la sacralité et la construction politique de ces instants. Non ce ne fut pas parfait mais l’orga n’y est strictement pour rien. Aucun incident grave à signaler. Un vol par effraction dans une voiture, cela peut se produire dans n’importe quel rassemblement, qui attirent forcément quelques ripoux qui préfèrent voler les pauvres que les riches. Sur le nombre de voitures, cela donne un ratio très faible, surtout pour un week end du 14 juillet. Des femmes se sont plaintes d’avoir été pelotées près du mur, des homos ont subi des agressions verbales, c’est lamentable. Ce qui est dommage, c’est que beaucoup n’osent pas aller voir l’orga quand il y a des soucis et ne suspectent pas à quel point elle est réactive, les relous sont dégagés du site. C’est aussi lié au monde de la free, le meilleur comme le pire peuvent s’y côtoyer. Ce pire ne vient pas de l’esprit du monde de la Teuf, il est plutôt le rebut de la valorisation capitaliste et générationnelle de la barbarie des âges. Toute cette reproduction de violence et d’oppressions que le système marchand valorise, entretient par ses structures, reproduit de père en fils, de mère en fille se concentre socialement et de façon irrémédiable sur les pans les plus fragiles de la société. Sur une free, la question de la socialisation n’est pas théorisée sans fin, la fête, la communion, le transport servent de liant immédiat, cela fonctionne d’avantage sur le bénéfice du doute. Dans une free, on ne met pas les “fous” en HP, nul ne sait vraiment qui est qui, où est la normalité, il n’y a pas de jugement. On vit avec, il y a des réponses vives à chaque situation. Et cela marche presque. Ce presque, ce qui gâche la fête et l’esprit, n’est pas la preuve que l’auto-organisation ne fonctionne pas. Il est au contraire la démonstration parfaite que rapporté à la violence sociale subie et cumulée sur les lieux, rapporté au pouvoir de nuisance d’une poignée de lascars, rapporté au fait que c’est comme si l’ensemble de la société avait tout organisé pour qu’absolument tout se passe mal. Et pourtant, cela s’est presque passé à la perfection.

Nous ne connaissions pas Max personnellement. On nous en a dit beaucoup de bien. Il avait tout le temps un chapeau sur la tête. Il était très investi socialement et solidairement auprès des migrants et des mineurs isolés. C’était une belle personne. Parti très jeune, trop jeune.

Martien.