Le RSA, un dispositif rigide, opaque, complexe, intrusif, suspicieux, tyrannique, humiliant

Le RSA, un dispositif rigide, opaque, complexe, intrusif, suspicieux, tyrannique, humiliant, pour un coût ne dépassant pas 0.5% de notre richesse annuellement produite.

Le profil type de l’allocataire? Il n’y en a pas. Cela pourrait être vous. Jeunes de 25 ans baladés de stages en contrats précaires et n’ayant pas pu débloquer un chômage (plus de la moitié des chômeurs ne perçoit aucune indemnité), quinquas rejetés par l’entreprise, vies brisées, ce sont les accidentés d’une logique économique dont l’un des moteurs est justement de ne pas proposer un avenir pour tous.
Contrairement à l’image d’Épinal entretenue par les réactionnaires de l’UMP et du FN, le bénéficiaire du RSA est le plus souvent une personne seule.
L’allocation s’élève à 499 € pour une personne seule. Mais cette somme, seule une toute petite minorité la perçoit. (SDF et logés à titre gracieux)
La grande majorité, percevant comme les autres français qui y ont droit, une allocation logement, ne touche en réalité que 439 €
Exemple : Un allocataire a un loyer de 400€/mois, il va toucher une allocation logement maximale de 250€ et un RSA de 439€
Faite le calcul pour savoir ce qu’il vous resterait pour survivre.
En outre, les allocataires sont, depuis le passage au RSA, soumis au régime des impôts locaux, de la redevance télévisuelle, leur éventuelle dispense s’étudiant sur la base de requêtes et de commissions exceptionnelles.
Enfin, le RSA est un dispositif parfaitement anti-républicain dans la mesure où son attribution dépend directement de la politique sociale du département donné. C’est ainsi que certains départements pratiquent un eugénisme social en durcissant son obtention.
Alain Guézou évoque ici très justement l’emprise du nuage associatif caritatif, le plus souvent catholique, qui s’est progressivement substitué à la solidarité.
La forte tradition caritative parisienne semble avoir donné le la au niveau national.
Charité ou solidarité?
Avec la charité, la main qui donne est toujours plus haute que celle qui reçoit. La charité n’émancipe pas, elle enchaîne. Elle est aussi la porte ouverte à tous les prosélytismes.
Sur la page des Enragés, entre charité et solidarité, on a choisi depuis longtemps.

Les Enragé-e-s

Alain Guézou : “Emmaüs, le Secours populaire… ces associations ont fait de la solidarité un fond de commerce.”
http://www.franceinter.fr/emission-linvite-de-7h50-alain-guezou-emmaues-le-secours-populaire-ces-associations-ont-fait-de-la-s
Le PS arrivé au pouvoir a programmé une “revalorisation” de 10% étalée sur 5 ans, ce qui n’équivaut même pas à une revalorisation de 2% par an, soit en dessous de l’inflation réelle! Une honte!
1. La France dépense plus en aides sociales que les autres pays d’Europe ? C’est faux.
Ainsi, pour les dépenses en minima sociaux, “Nous sommes dans la moyenne européenne des 27 pays”, selon Henri Sterdyniak, économiste à l’OFCE. Les pays scandinaves dépensent bien plus que nous. Plus étonnant : l’Angleterre et l’Irlande aussi.
2. Les montants des minima sociaux sont plus importants en France ? C’est faux.
Les montants des aides sociales françaises sont très bas dans l’ensemble des 12 pays européens les plus riches. Selon une étude de l’Institut de recherches économiques et sociales de 2007, «les montants des revenus minima sont beaucoup plus élevés» dans les onze autres pays européens étudiés: « de 30 à 40 % au Royaume-Uni et en Finlande, de l’ordre de 50 à 75 % en Irlande, Suède, Belgique et Pays-Bas, environ le double en Norvège et en Islande, et de l’ordre de 150% au Danemark ».
Au cours des années récentes, le niveau des minima sociaux a baissé par rapport aux salaires et à la richesse nationale : « la situation relative des allocataires des minima sociaux s’est progressivement dégradée en termes de pouvoir d’achat par rapport au SMIC » (ONPES). Le décrochage est énorme : une perte de 25 à 30 % de pouvoir d’achat par rapport au SMIC horaire depuis 1989 !
http://alternatives-economiques.fr/blogs/gadrey/2011/06/07/quelques-gros-mensonges-sur-l%E2%80%99assistanat-et-sur-les-chomeurs/