Coluche enrôlé par la propagande de la fachosphère

Depuis dix ans, Coluche fait l’objet d’une récupération par la droite confusionniste et l’extrême droite en tapissant les réseaux marchands et principalement facebook, de citations dont beaucoup sont apocryphes, c’est-à-dire qu’il ne les a jamais dites ou écrites.

Pour l’extrême droite, Coluche a été le moyen d’aller chercher la sympathie à peu de frais de publics prolétariens tout en permettant de diffuser un discours démagogue, populiste et au fond caritatif.

Il a également permis à l’extrême droite de diffuser l’idée que les Restos du Coeur orginels, c’était super et que l’idée aurait été corrompue par les “bobos”, c’est-à-dire mystifier les internautes sur une prétendue évolution de cette organisation caritative d’essence catholique dans son principe et aux politiques restrictives et de flicages qui effraient une partie des publics précaires.

Tapisser facebook de citations de Coluche fut un moyen, pour la droite réactionnaire et l’extrême droite, de renvoyer loin en arrière les évolutions des moeurs récentes, en recyclant des vannes attribuées à Coluche à une époque où, travaillant pour une radio commerciale, il fut obligé d’en fournir une quantité quotidienne et ainsi de taper dans des banques de vannes triviales et éternelles, qui permirent, là encore de faire du clic à peu de frais tout en banalisant des “blagues” à caractère sexiste ou homophobe.

Coluche, pour l’extrême droite, c’est l’assurance d’offrir aux publics prolétaires les moins conscients politiquement, une vision du monde totalement simpliste, défaitiste et quasiment cynique, avec malgré tout une dimension caritative et “humaine”.

Coluche aura permis, avec tant d’autres illustres déterrés par l’extrême droite, de participer à faire grossir les nuages réactionnaires et de la fachosphère en débilisant du prolo à pas cher.

Il aura également permis d’alimenter les fantasmes de nombreuses théories du complot quant aux circonstances de son décès, elles aussi implémentées par l’extrême droite et diffusées parfois sur les mêmes pages empilant ses citations.