CORONATIONAL VIRUS, La pandémie est-elle en passe d’être stoppée ?

Oui Et c’est une très bonne nouvelle.

Le 17 novembre 2018, la Réaction française, les réseaux d’extrême droite Colère, un militant de Dupont-Aignan et quelques milliers de rats de réseaux commerciaux mobilisaient dans le réel quelques dizaines de milliers de lepénistes, authentique coup de force et putsch culturel tentant de voler à la grande masse du salariat, l’idée de contestation sociale.

On a pu voir ainsi se mobiliser la France Fasciste. On a assisté à un déluge de violence, de racisme, d’antisémitisme, de sexisme, d’homophobie et ce sur les zones qui principalement votent Le Pen, c’est-à-dire toutes les zones paysannes, arriérées, incultes de France, prêtes à liquider la démocratie et la République au but de mettre à la place une dictature. On a vu fleurir des saluts nazis sur les ronds points. 

Dans les pays africains, quand une telle situation de putsch se présente, il y a souvent, avant cela, des négociations entre les putschistes et les généraux de l’armée. Cela ne s’est pas produit en France, puisque l’armée française est restée dans sa grande masse fidèle à Macron et donc à la République, même si nous avons eu une poignée de généraux putschistes ayant appelé à liquider la démocratie.

On a ainsi pu assister à un déchaînement de violence frontiste, ciblée dans les zones les plus éloignées des cœurs productifs du pays.

La contre-révolution catholique aura duré plus d’un an et demi.

Le lepénisme a ainsi pu montrer son vrai visage, une armée d’ignares et de bouseux racistes. Ceux qui vivent en ville ont pu ainsi apprendre en temps réel, à comprendre ce qu’est le lepénisme: Une autre façon pour les parasites de Neuilly d’amplifier leur saignée sur ceux d’en bas à l’aide des publics les plus idiots de France.

Puis, l’extrême gauche ayant sauté sur l’occasion, l’extrême droite a progressivement perdu cette révolte et les Zilets Zaunes, bovins politiques de compétition, ont été mis à toutes les sauces et la France entière a pu comprendre ce qu’est vraiment le lepénisme: du grand banditisme politique fonctionnant grâce aux plus ignares de la société.

La convocation de cette armée de neuneus politiques aura de nombreuses conséquences négatives, notamment celle de bousiller pour quinze ou vingt ans, toute idée de révolte conséquente.

Mais cela aura aussi quelques issues positives:

1 Il ne peut plus y avoir de putsch en France, l’extrême droite, très divisée, s’est totalement cramée, y compris auprès d’une partie de ceux qui votaient Le Pen, qui vont changer de crèmerie. 

2 La grande masse muette du salariat a pu assister à une leçon de choses en temps réel et se politiser par la négativité induite par ce mouvement de merde.

3 A la suite de ce sinistre spectacle, Le Pen ne peut plus prendre les grandes villes, le lepénisme ne peut plus prendre le pouvoir en France, Le Pen est totalement ringardisée, elle n’intéresse plus grand monde, à part les paysans et les artisans les plus idiots.

Oui, on peut dire que la pandémie du Coronational Virus a reculé,  Avant le Gilet, il était possible d’affirmer que la France était l’un des pays les plus fascistes d’Europe et sans doute le plus fasciste d’Europe de l’Ouest. Le bouton purulent ayant été percé, c’est terminé pour Le Pen.

Tout le monde a bien réalisé à quel point cette famille vivait en parasite de la vie politique française et qu’elle est là pour empêcher que le pays bascule vers le progrès social.

Le Gilet a tout lessivé, tous les dominos politiques sont tombés, comme les masques puisqu’on a vu comment la petite bourgeoisie de télé s’est prise pour Passion pour les frontistes, ravie d’offrir le micro a des croyants entendant maintenir en place cette société ultra verticale faite d’ultra riches, de riches, de gens aisés, de travailleurs, de travailleurs pauvres avec emplois, de travailleurs pauvres sans emploi, de SDF et de miséreux.

Et les pauvres gilets jaunes sincères qui là-dedans, ont été manipulés par l’extrême droite, n’ont plus que leurs larmes pour pleurer.

La Grande Gueule de bois du Gilet, c’est maintenant!

Un reflux sans précédent de la portée du politique puisque le Gilet est avant tout la mise en électrisation protofasciste des éléments les plus religieux et ignorants du pays, chapeautés et manipulés par ceux qui en croquent pour leur bon plaisir.

Dans un autre pays que la France, sans l’extraordinaire réaction d’un nombre somme toute, faible de personnes, cette contre-révolution allait à son terme. Dans un autre pays moins dense historiquement, ça allait au bout et nous avions à la place du président, un cartel de généraux putchistes.

Le faible nombre relatif de nationalistes mobilisés ne peut faire oublier cette immense tâche jaune qui s’est mobilisée à l’avant de millions de véhicules, à la manière d’un signe de reconnaissance entre complotistes, entre lepénistes.

Politiquement, il est aisé de conclure que des millions de français sont cons comme des ablettes.

Fin novembre 2018, les démocrates et les républicains sont minoritaires dans le pays sur la base d’un vote à Gilet levé, un peu à la manière de ces saluts nazis qui fleurirent aux ronds points.

Le Gilet a tout emporté, tout javélisé, y compris indirectement, par le biais des pans de la gauche et de l’extrême gauche nationaliste qui n’ont eu d’autre choix que de se liquider politiquement, là on parle de ceux qui ont compris la situation, mais aussi par une très grande part, hélas cette fois, d’adhésion franche au plus gros mouvement d’extrême droite fasciste qu’ait pu connaître le pays depuis la fin de la seconde guerre mondiale.

Le Gilet a tout liquidé oui et a littéralement dévasté la totalité du champ politique, plaçant à chaque bout de l’échiquier politique, deux extrêmes droites.

Il ne reste plus rien, surtout quand tout le monde a pu constater à quel point le monde syndical, à l’exception sans doute de la CGT, a foncé la fleur au fusil dans ce mouvement d’extrême droite, on peut penser au syndicat de droite lepénisée FO mais aussi à Sud Rail, qui ouvrirent des trains gratuits pour les manifestations lepénistes du samedi.

C’est par l’effort de liquidation/adhésion de l’extrême gauche et des organisations petites bourgeoises se réclamant de l’anarchisme, que les chefs fascistes de ce mouvement officiellement sans chef, ont pu être épurés pour ne rester, sur les deux autres tiers du mouvement, qu’un quadrige d’idiots politiques professionnels de réseaux commerciaux.

Le Gilet n’est pas seulement le produit d’une attaque de grande ampleur de la Réaction française contre la société démocratique et la République, il est également le produit de la valorisation arithmétique du ressenti et de la destruction de toute idée de politique que porte le Gilet. Réseaux commerciaux qui ont servi de caisson de résonance à cette terrible attaque fasciste qui s’est dissoute dans le temps pour finir par basculer vers la gauche par essoufflement et épuisement du mouvement, qui a mis plus d’un an et demi a être stoppé.

En outre, les Réactions américaines et russes ont sauté sur l’occasion par ingérence dans les affaires françaises en amplifiant encore l’impact de ce coup d’Etat culturel.

Maintenant va venir la gueule de bois et elle sera terrible. Une gueule de bois politique que va poursuivre de laminer cette lame réactionnaire dévastatrice, car ce n’est pour l’instant que sa forme la plus brutale et barbare qui a été stoppée. Elle va continuer à laminer et à laminer encore toutes les strates de la société, produisant un replis sur la Famille, le Clan, la Corporation, la Passion prétendument partagée ou tout au mieux, un désir d’ordre doublé d’une sinistrose généralisée, amplifiée par la crise économique produite par le COVID, confinement qui a offert aux complotistes un contexte leur ayant permis de démultiplier la propagande fasciste, y compris en s’appuyant sur les réseaux nés du Gilet.

Ce grand mélange de peurs et de frustrations, d’envies déchues et de rêves impossibles, qui est usuellement domestiqué par la politique et transformé en projet de société, s’est arrêté au stade infra-politique et a été porté précisément sur le rejet de la politique, des partis politiques et des hommes politiques. La dévastation n’en sera que plus grande. L’espoir se cachera au fond des chaussettes et quand il n’y a plus d’espoir, ne reste que du désespoir, dans un pays qui s’enfonce inéluctablement dans le fascisme en l’absence de projet politique.

L’occupation sans la liesse de la Libération

La Vraie dévastation politique du Gilet, c’est maintenant, avec un peuple français à qui l’on a coupé la langue, traînant des pieds comme une armée de Snoopy que l’on conduirait à l’abattoir.

Si l’on ne nous avait pas déjà fait le coup en 1981, on pourrait conclure qu’il serait grand temps de mettre l’imagination au pouvoir, tout du moins le temps de stopper ce labourage en bonne et due forme, de 150 années d’élaboration politique.

Le Gilet signe hélas un temps historique terrible, celui de la possibilité qu’un fou, qu’un dictateur puisse émerger d’une société dont la cohésion est en déroute totale, nous allons traverser ce clair-obscur qui fait que désormais, toutes les horreurs à venir sont possibles. Il est d’ailleurs à craindre, d’ici quelques années, sans changement de cap à 180°, que nous puissions voir se mobiliser dans le réel des foules de complotisme pur sur la base de rumeurs farfelues puisque la déchristianisation offre aux complotistes, aux fascistes, plus de onze millions de crédules capables de se jeter sur toutes les fausses informations obscurantistes encombrant le net marchand.

Jamais une nouvelle société n’aura sans doute été aussi désirable, jamais pourtant sa mise en place n’aura été aussi impossible.

Tous ces pauvres gens qui ont lutté dans le camp de Dieu seront entendus, ils resteront pauvres comme des chiens.

Les Enragé-e-s