Bienvenue en vacances: “3 BBQ, c’est pratique, ça évite que les merguez tombent sur la pelouse”

Avant-propos

Le principe: Quatre couples de parvenus possédant de luxueuses villas à louer – vous savez, ce sont des villas qui se louent plus de 300€ la nuit en période estivale et qui permettent à ceux qui possèdent ces maisons à plusieurs centaines de milliers d’euros et approchant parfois, pour certaines, du million d’euros, d’engranger jusqu’à 18.000€ en deux mois – vont tour à tour visiter et noter la villa de couples concurrents. 
L’épisode des trois barbecues illustrera ici sans doute mieux que quiconque la pensée du petit bourgeois vulgaire et sans grandeur d’âme puisque l’un d’eux s’émerveillera de la présence de trois barbecues dans un rayon de trente mètres autour de la piscine et s’exclamera à l’antenne “c’est pratique, ça évite que les merguez tombent sur la pelouse”.  On a là presque un cas d’école illustrant la pensée frelatée du petit bourgeois de droite, qui n’est pas né bourgeois et qui court après la classe bourgeoise pétri d’illusions sur ce qu’il s’imagine être le mode de vie actuel du Bourgeois, qui ne possède pas, le plus souvent, trois barbecues autour de la piscine et qui ne mange pas, le plus souvent, des merguez autour de la piscine. Un mélange obscène entre une pratique “populaire” et la projection illusionnée de ces nouveaux riches. 

Ils sont faussement précieux et ridicules, obscènes, d’une vulgarité sans limite.

Ils sont la quintessence du petit bourgeois, ce parvenu courant après la position sociale du bourgeois.

Ils en embrassent toutes les caricatures des caricatures, ne possèdent aucune lettres, ils sont la matérialisation de la gangrène sociale qui détruit nos sociétés démocratiques.

Ils courent après le bourgeois mais n’en sont que l’ombre faiblarde avec trois décennies de retard. Ils possèdent la mentalité de petits marquis éternellement insatisfaits à l’image de ce client grognon collant la honte à tout le monde après avoir tapé son scandale en magasin.

Ils sont affligeants, grossiers, totalement sans intérêt, ils ne possèdent aucune classe, aucun savoir vivre et singent maladroitement les caprices et l’exigence d’une classe dont ils ignorent tout et dont ils se parent des habits les plus surannés.

Ils sont abjects, dégoulinants de bassesse humaine, ils veulent être servis comme des pachas alors que leur vrai place, au regard de leur nullité sincère, est celle du groom.

Ils sont répugnants, dégoûtants de veulerie, ce sont d’authentiques parasites de la société et c’est précisément pour cela qu’on les retrouve en tant que stars sur la Boite à Cons.