Passerelle Léopold-Sédar-Senghor, il s’agissait bien d’extrême droite catholique

Puisque certains semblent avoir des problèmes pour identifier et qualifier la nature politique des individus qui se sont mobilisés sur cette passerelle, qui donnera le “buzz” du moment, à savoir cet homme au bonnet noir boxant un gendarme mobile.

Les médias patronaux ne vous diront pas forcément que ces individus étaient des individus d’extrême droite. L’extrême droite tentera de faire croire qu’il s’agit d’une révolte “populaire” et actuellement, comme si la Confusion ne suffisait pas, vous avez toute une partie de la gauche nationaliste et de l’extrême gauche qui appuie ce mouvement proto-fasciste.

Regardez bien la photo, ici encadré en rouge.

Notez bien une chose, avant de commencer. La présence d’un signe d’extrême droite clair chez cet individu irradie bien autour de lui qu’au niveau de sa seule personne. Cette présence relevée ici engage en réalité la totalité des individus accolés immédiatement à l’individu en question.

Sur son gilet, vous pouvez voir dessiné le “chrisme”, symbole catholique intégriste ainsi que le slogan “Deus vult” (“Dieu le veut), utilisé par les Croisés… Nous sommes bien en présence d’une extrême droite catholique.

D’ailleurs cette vidéo, reprise par Le Parisien, a pour source l’agence de presse Line Press, qui s’est spécialisée ces dernières années dans le riot porn facho-compatible. Elle a aussi été diffusée sur Facebook par le collectif antisémite et dieudonniste La Tribune des Pirates, qui ne s’y est pas trompé.

Texte publié le 5 janvier 2019 (et non 2018, comme l’indique par erreur l’incrustation réalisée par le journal de droite patronale Le Parisien)